Bulletin hebdomadaire du 17 au 23 décembre 2018

lundi 17 décembre 2018

1-Agenda :

Lundi 7 janvier : C’est la rentrée ! N’oubliez pas de vous lever…

Mercredi 9 janvier : AG de Sud éduc 05 à Gap, de quoi faire le plein de bonnes résolutions.

Réunions d’information syndicale spéciales évaluations nationales et réformes Blanquer : de quoi mettre en pratique vos bonnes résolutions

mercredi 16 janvier à Gap, salle Grenette, Bourse du travail. de 9h à 12h.

mercredi 23 janvier à Briançon, lieu communiqué à la rentrée. De 9h à 12h.

vendredi 25 janvier à Briançon. Spécial AVS, de 14h à 17h

2- Évaluations nationales en cp : le retour !

Lors de nos tournées syndicales, vous avez été très nombreu·ses à nous faire part de vos doutes concernant les évaluations nationales, puis de votre colère et du sentiment d’avoir été dépossédé·es de votre expertise d’enseignant·es.

Les premiers résultats ont été annoncés par le ministre à la Presse avant même la fin de la période de remontés des résultats. Les parents ont appris par les médias que leurs enfants étaient mauvais… et que les méthode de leur enseignant·e n’étaient pas adaptées. Ça s’appelle « L’école de la confiance », ça s’appelle « la bienveillance ».

Ces test, présentés, sous un vernis scientifiques, orchestrés à la va-vite par une équipe de neuroscientologues sont inadaptés et contre-productifs parce qu’ils génèrent du stress et mettent les élèves en échec ; le sentiment d’exécuter ces consignes ministérielles a été mal vécu et chronophage.
Certain·es collègues ont pu se sentir isolé·es, ont pu hésiter et puis finalement les ont fait passer et remonter. D’autres collègues, soutenu·es par une démarche collective ont tenu bon malgré des pressions qui ont été fortes dans certaines circonscriptions des Hautes-Alpes et ailleurs en France.

N’attendons pas, une nouvelle fois, de recevoir sur notre bureau ces injonctions ineptes. Ne laissons pas nos collègues de CP faire face seul·es. Sud éducation 05 vous propose dès à présent d’initier des démarches collectives de réappropriation de notre métier d’enseignant·e.

Dès maintenant : échanger en équipe et informer Sud éducation 05 : Pour que les collègues de CP ne se trouvent pas isolé·es, il est important de lancer les débats dans les salles des maîtres·ses. Nous vous proposons une motion de conseil des maîtres·ses, affichant une décision collective. Vous pouvez copier cette motion, vous en inspirer, la réécrire intégralement, elle n’est qu’un outil, à vous de vous l’approprier.
Cette motion peut être signée par tout le conseil ou seulement une partie des collègues, elle peut être présentée en conseil d’école.

Faire remonter la motion de conseil des maîtres·ses par mail à Sud éducation 05 dès la rentrée de janvier pour savoir combien d’écoles refusent ces évaluations et leur modalités de passation. Notre syndicat soutiendra toutes les équipes et les enseignant·es qui décideront de ne pas faire passer ces évaluations et/ou de ne pas faire remonter les résultats.

Participer aux RÉUNIONS D’INFORMATIONS SYNDICALES. Nous pourrons échanger, débattre pour adopter une position commune et apporter une réponse collective à notre hiérarchie. (3 heures d’animation pédagogique peuvent être déduites)

- mercredi 16 janvier à Gap

- mercredi 23 janvier à Briançon

Les lieux vous serons communiqués ultérieurement.

Exemple de lettre pour participer à la RIS en avertissant votre IEN.

NOM Prénom
École
Coordonnées école

A Monsieur/Madame l’Inspecteur/trice de la circonscription de ……………………..

Objet : participation à une demi-journée d’information syndicale

Madame, Monsieur l’Inspecteur/trice,

J’ai l’honneur de vous informer que, conformément au décret n°82-447 du 28 mai 1982 relatif au droit syndical dans la fonction publique et à la circulaire n°2014-120 du 16 septembre 2014, je participerai à la réunion d’information syndicale organisée par SUD Education05, le …………………….. de 9h à 12h.

Je déduirai ces 3 heures du volume horaire de mes obligations de service hors présence élèves

à …………………….., le ………………………

Signature

3- La CAPD au boulot

Ce vendredi 21 décembre groupe de travail à l’inspection académique. L’ordre du jour est le projet de circulaire du mouvement intra-départemental suite à une harmonisation académique. Et oui, dès que l’administration veut faire passer des circulaires controversées, elle est très courageuse et elle agite les mots « académique » et « national » … comme si les spécificités locales n’existaient pas. Comme toujours, nous défendrons l’intérêt des collègues et nous vous tiendrons informé·es des avancées de ce groupe de travail.

4- Procès des 3+4 de Briançon : la solidarité lourdement condamnée

« Aujourd’hui, le tribunal de Gap a choisi la mort pour les exilés dans nos montagnes » : ce sont les mots de Mathieu à la sortie du délibéré qui le condamne à 4 mois de prison ferme et 8 avec sursis.

C’est avec stupéfaction que nous avons appris les lourdes peines émises par la juge à l’encontre des 3 + 4 de Briançon : 4 mois fermes et 8 avec sursis pour deux d’entre eux et 6 mois de sursis pour les autres. La répression a franchi un nouveau cap ! Pour rappel, ils sont accusés « d’aide à l’entrée illicite d’étrangers » sur le territoire français alors qu’ils participaient à une manifestation transfrontalière contre la présence de génération identitaire.

Après le dégoût et la colère, c’est l’esprit de résistance qui revient. L’état veut faire peur et casser la solidarité qui s’est créée dans le département, mais il n’est pas question de laisser mourir des êtres humains. Les 3 + 4 vont faire appel de leur jugement et invitent à poursuivre les maraudes et la solidarité dans nos montagnes.

Solidarité avec les migrant-es mais aussi avec les autres militant-es solidaires également appelés à comparaître devant le tribunal de Gap pour avoir aidé des exilés ! Les cas de répressions se multiplient et les 3+4 de Briançon sont en réalité aujourd’hui 3+4+2+3+1.

Les prochaines convocations auront lieu le 10 janvier prochain pour deux d’entre eux ! En attendant plus d’informations, nous vous invitons déjà être nombreux et nombreuses ce jour pour les soutenir.

Pour cela, Sud éducation a déposé un préavis de grève toute la journée vous permettant de venir participer à la manifestation.

5- Communiqué intersyndical sur la scolarisation des mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA)

Communiqué signé par Sud éducation 05, la CGT éduc’action 05 et le SE-UNSA 05

Une victoire pour les élèves, mais un manque de moyens criant dans les établissements !

En prononçant, le 19 octobre 2018, des ordonnances basées sur « l’intérêt supérieur de l’enfant » pour 3 mineur-e-s non accompagné-e-s (MNA) des Hautes-Alpes, le tribunal administratif de Marseille a permis d’ouvrir le chemin de l’école à des dizaines d’enfants et adolescent-e-s en attente d’une scolarisation et jusque là livré-e-s à eux-elles mêmes. En condamnant la direction des services de l’éducation nationale du département (DSDEN) qui refusait de scolariser ces jeunes sous prétexte d’attendre le verdict du juge pour enfant sur leur minorité, le tribunal administratif s’est rangé du côté des collectifs, associations et bénévoles qui accueillent, protègent et accompagnent les MNA qui traversent massivement la frontière (plus de 2000 depuis le début de l’année). À ce jour, plusieurs dizaines ont intégré des établissements des Hautes-Alpes (collèges, lycées, LP) et ont (re)trouvé de la sérénité en même temps qu’une perspective d’avenir.

Nous, organisations syndicales des Hautes-Alpes, soutenons sans réserve tous-tes celles et ceux qui, au quotidien, sont solidaires des MNA et nous nous félicitons de la décision du tribunal administratif qui rappelle à tous-tes le droit fondamental à l’éducation.

Nous constatons que cette juste décision est lourde de conséquences sur les conditions d’apprentissage comme sur les conditions d’enseignement des collègues du département. L’intégration des MNA dans les établissements des Hautes-Alpes est amenée à se poursuivre, des dizaines de nouvelles inscriptions vont suivre. Nous nous en félicitons mais sans moyens supplémentaires ce constat entérine l’augmentation du nombre d’élèves dans des divisions déjà presque partout saturées (notamment en 4ème dans les trois collèges de Gap). De la même façon, les quelques dispositifs d’accueil traditionnels de ces élèves (UPE2A, MODAC) du département sont d’ores et déjà complets. Ces affectations mettent aussi en lumière l’insuffisance criante des fonds sociaux des collèges et des lycées. Les modalités de scolarisation des MNA doivent maintenant être considérées avec bon sens et discernement par les services départementaux, académiques et ministériels de l’éducation nationale mais aussi par la région et le département (transport scolaire, demi pension et internat).

Nous exigeons que l’accueil de ces adolescent-e-s se fasse dans des conditions dignes pour l’ensemble de la collectivité scolaire ainsi que pour les élèves qui seront les premier-e-s à souffrir de l’augmentation des effectifs. La stratégie au jour le jour de notre hiérarchie départementale qui consiste à scolariser les MNA à moyens constants est illogique et intenable. Quand la DSDEN a fermé des divisions au nom de la « baisse démographique », nous avions signalé que toute une partie de la population d’âge scolaire n’avait pas été prise en compte. Il est indispensable que les moyens alloués soient repensés et rapidement attribués.

6 -Recette de la Farce du Conseil Supérieur de l’Education à la Blanquer !

Un CSE mené au pas de charge. Le choix du ministère est clair : Faire passer en force sa réforme des programmes du lycée. Nous refusons de participer à cette mascarade. Avec les syndicats de la CGT et de la FSU, SUD éducation et Solidaires ont quitté la séance du CSE du 19 décembre. Comme en juillet dernier, l’ensemble des syndicats ont dit "Non" !

Programmes d’histoire-géographie de seconde et de première qui n’ont obtenu qu’une voix pour (Snalc) contre 47. L’enseignement de spécialité d’histoire-géo, sciences politiques a lui aussi été recalé. : la quasi-totalité des programmes étudiés a reçu un avis négatif du CSE : français, enseignement moral et civique (0 voix pour), histoire-géographie, SES (0 voix pour), EPS (0 voix pour)…

"Non !" car les textes sont arrivés très tardivement,

"Non !" car on ne savait pas comment les amendements proposés serait pris en compte

"Non !", on ne peut pas voter un texte dont on ne connait pas la nature.

Et à moins d’être le plus lourdaud des lourdauds , NON, C’EST NON !!!

Et bien, on est bien dans ce cas là. Le lourdaud Blanquer, ministère de l’éducation ayant soit disant bonne moralité et bonne éducation a publié les programmes, l’avis du CSE n’étant que consultatif. Et évidemment, cela montre qu’après le rejet des réformes du lycée, du lycée professionnel et du bac, les membres de la communauté éducative sont hostiles aux réformes Blanquer contrairement à ce que le ministre affirme.

Seul un rapport de force suffisant peut faire plier ce gouvernement. Alors lors des conseils des maitres, dans la salle des profs, à la cantine... discutons de ces contre-réformes. Organisons des AG et des moyens de nous organiser pour gagner.


Documents joints

Bulletin hebdomadaire du 17 au 23 décembre (...)

Agenda

<<

2019

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311