Radon dans les Hautes-Alpes : ou en est-on ?

mercredi 16 décembre 2015

Radon ; ce qu’on on a maintenant : le "bilan des actions depuis 1995 et perspectives" qui est un document de 2009, une basique analyse des relevés effectués entre 1999 et 2004 dans les Hautes-Alpes. 21 pages, 250 mesures (PJ1) dont on retient ce qui est italique ci-dessous. On a aussi le tableau des 250 mesures effectuées dans 185 bahuts (PJ2). Pour 29 établissements il n’existe aucune mesure.

Depuis l’intervention du dernier membre de l’ARS* ayant en charge "le risque Radon" dans notre département à risque au dernier CHSCT-D on a, en plus, des "précisions" concernant ces mesures.

Ainsi, alors que le bilan annonce 7,5% d’établissements au dessus de 400 Bq/m3 (seuil d’intervention), notre néo-retraité (qui a lui même effectué le plus gros des mesures) nous a "précisé" qu’à priori on est plus proche de 20% (proportion équivalente à celle des maisons particulières du 05). 13% de différence entre le chiffre officiel et le chiffre officieux, ça laisse dubitatif sur la valeur à accorder aux mesures annoncées dans le tableau (PJ2 donc)...

D’autre part, il faut rappeler que les mesures doivent être renouvelées au moins tous les 10 ans et qu’en l’occurrence les plus récentes dates de 2002 d’après le fameux tableau (PJ2 donc) et que la plupart sont de 2000 et 2001.

La hiérarchie et la secrétaire du CHSCT ont tempéré notre demande préalable (et enflammée) de commencer la campagne Radon-05 par une mise en conformité avec
la loi vis-à-vis de ces mesures ; c’est à dire concrètement d’exiger des municipalités qu’elles diligentent des bureaux d’études pour effectuer ces mesures et de les communiquer dans les plus brefs délais. Après interruption de séance et négociation avec les autres représentantes du personnel on a obtenu l’adresse formelle en PJ 3 de l’inspecteur d’académie au président du conseil régional, président du conseil départemental et aux maires du département (copie au préfet, au délégué sécurité départemental et à la secrétaire de CHSCT-D).

C’est gentil : "il me serait agréable de recevoir une réponse de votre part avant la fin janvier 2016 afin de pouvoir rendre compte aux membres du CHSCT" / mais "C’"est là.

Toujours d’après ce document et sans présager de l’évolution annoncée de la législation (le seuil doit passer de 400 Bq/m3 à 300 Bq/m3 c’est à dire plus strict**) les écoles et bahuts ou ça craint sont :

- l’école primaire d’Abriès (687 à 1020 Bq/m3)

- l’école primaire Pont de Cervières (124 à 477 Bq/m3)

- l’école primaire Prorel (fermée ?) (259 à 599 Bq/m3)

- le collège de Fontreyne (l’ancien)

- l’école primaire de La Grave (662 Bq/m3)

- l’école primaire de La motte en Champsaur (426 à 761 Bq/m3)

- l’école primaire de La Rochette (fermée) (559 Bq/m3)

- l’école primaire de Laragne (402 à 842 Bq/m3)

- l’école maternelle de Monêtier les bains

- l’école primaire de Puy St Eusebe (412 Bq/m3)

- l’école primaire de St Julien en Champsaur (557 à 804 Bq/m3)

- l’école maternelle de St Martin de Queyrières (fermée)

- le collège de Serre

- l’école primaire & maternelle de Vallouise (258 à 1847 Bq/m3)

- l’école primaire de Villars St Pancrace (347 à 950 Bq/m3)

des aménagements ont, à priori, été apportés dans certains de ses établissements et sont à vérifier :
Mise en surpression des locaux / Aspiration dans la cave / Drainage et enlèvement du sol autour de l’école / Réouverture de la ventilation naturelle basse / Ventilation naturelle des locaux en sous-sol ; pour Puy St Eusebe et St Julien en Champsaur on sait pas...

* monsieur qui est à la retraite depuis quelques jours et dont le poste n’est pas remplacé.

** cela signifiera pour le 05 que les établissements ci-dessous (en orange) qui ne font l’objet d’aucune mesure passeront sous le seuil et devront faire l’objet de mesures. (plusieurs autres étant proche de 300 Bq/m3).

- Pasteur d’Embrun.

- Collège Les Giraudes à l’Argentière-la-Bessée.

- École primaire l’Argentière-la-Bessée.

- École maternelle Pierre Grosse à Molines-en-Queyras.

- École primaire de Risoul.

- École primaire de Saint-Etienne-le-Laus.

- Pont du Fossé primaire et maternelle à Saint-Jean Saint-Nicolas.

- École primaire de Saint-Véran.

- Collège de Serre.

Le nombre d’établissements scolaires publics et privés est de 214 dans le département des Hautes-Alpes ; Dans 185 établissements scolaires, les mesures de radon ont été effectuées directement ou indirectement par la DDASS ;
Dans 29 établissements les mesures n’ont pas été réalisées ou les dosimètres ont été perdus, les responsables de ces établissements ont été informés de l’obligation de faire faire ces mesures en 2006 puis mis en demeure de le faire en 2007 ;
14 établissements scolaires (7,5 % des établissements contrôlés) avaient des teneurs supérieures à 400 Bq/m3, parmi ceux-ci :2 établissements avaient des teneurs supérieures à 1000 Bq/m3, des travaux de remédiation y ont été réalisés ;
Pour les 12 autres établissements, 2 établissements ont été fermés, 1 reconstruit, 9 ont fait réaliser des travaux et 2 n’ont pas encore réalisé de travaux de remédiation. Pour ces 2 derniers les responsables de ces établissements ont été informés de l’obligation de faire ces travaux en 2006 puis mis en demeure de le faire en 2007.
Un nouvel établissement a été construit en 2007 sans aucune précaution contre le radon, cet établissement a des locaux dont les teneurs sont supérieures à 400 Bq/m3 et des mesures de remédiation vont être recherchées par un bureau d’étude spécialisé et agréé.

PJ :


Brèves

15 octobre 2015 - CHSCT-05

Chaque membre doit être joignable pour toute question relative aux conditions de travail ; pour (...)